close

Hox How To

Welcome to Hox How To – our new global events series which deep-dives into the whys, whos and whats that define the key trends within creativity today – all while equipping you with the ‘how’, so you can confidently add your voice to the debate.

Whether you work in creative disciplines, want to deepen your cultural understanding, have ambitions to start your own gig or just want to nurture your network over a glass of wine, check out our line-up!

Welcome to Hox How To – our new global events series which deep-dives into the whys, whos and whats that defin…

En savoir plus

Welcome to Hox How To – our new global events series which deep-dives into the whys, whos and whats that define the key trends within creativity today – all while equipping you with the ‘how’, so you can confidently add your voice to the debate.

Whether you work in creative disciplines, want to deepen your cultural understanding, have ambitions to start your own gig or just want to nurture your network over a glass of wine, check out our line-up!

Guido de Boer

Co-fondateur de High on Type

Guido se définit comme un artiste, concepteur graphique, calligraphe et surtout expert en lettres dessinées à la main. Il travaille pour des clients à l’international et ses œuvres sont exposées dans des galeries, des musées et des endroits branchés aux quatre coins de l’Europe. Quand il n’anime pas le cours « Écriture & Lettres » à l'Académie royale des beaux-arts de La Haye, il produit son célèbre festival High On Type.  

01. As-tu toujours voulu bosser dans le design ?

Je travaille avec les lettres de l'alphabet depuis l'âge de 11 ans (même si au début, j'étais plutôt dans la reproduction des logos Tupac et Wu-Tang Clan). Ce qui m'attire aujourd'hui c'est le décalage entre la forme abstraite des lettres et leur rôle concret de moyen de communication.

02. Si tu n'exerçais pas ce métier, quel serait ton plan B ?

Je n'ai pas de plan B, aucune autre option. C'est la seule chose que j'ai envie de faire. Quand on vit sa passion, chaque jour est tellement grisant qu'on met toute son énergie dans son boulot. Je me suis imposé une règle : passer mon temps à travailler avec les lettres. Mais cette règle est quand même flexible donc mes missions sont très variables : conception d'éléments graphiques pour mes clients, organisation d'un festival typographie & calligraphie, création de collaborations, production d'œuvres en solo etc…

03. Quel est le meilleur conseil qu'on ne t'ait jamais donné ?

" Ce que tu as de plus précieux, c'est ton attention". J'essaie donc toujours de bien choisir ce sur quoi je me concentre, surtout dans notre société moderne où nous sommes bombardés par les écrans, le bruit, les coups de fil et les e-mails. Notre attention est sans cesse sollicitée.

04. Qui sont tes modèles et pourquoi ?

Je m'évertue à m'entourer de personnes qui m'inspirent parce que je suis convaincu que nous sommes tous le " produit " de notre entourage. Donc pour répondre à cette question, mes modèles sont l'équipe de High On Type, mes collègues des écoles d'art dans lesquelles j'interviens et bien sûr, mes amis.

05. Comment décrirais-tu une journée de travail typique en 5 mots ?

Musique, surprise, essai, déjeuner, rire

Oh non, vous avez loupé le coche ! Le concours est terminé pour cette année.

Inscrivez-vous pour rester dans la boucle.

Nick Carvell

Rédacteur mode chez GQ (UK)

C’est juste après avoir décroché son Master de journalisme à City University que Nick s’est lancé dans l’univers du prêt-à-porter masculin pour le magazine british Esquire. Il a ensuite rejoint l’équipe du tout récent MrPorter.com, avant de travailler pendant 5 ans chez GQ (UK) où il alterna postes dans le digital et prouesses éditoriales. En 2017, il décida de se lancer en freelance tout en conservant son activité de rédacteur mode chez QG.

01. As-tu toujours voulu bosser dans la mode ?

Quand j'étais jeune, la mode ne m'a jamais effleuré l'esprit. Avant l'ère des réseaux sociaux, les tests d'orientation que j'ai pu faire n'ont jamais indiqué cette voie. Je tombais toujours sur " Prof ". L'univers cool et stylé de la mode m'a toujours semblé à mille lieux de ma vie à East Anglia, mais quand j'ai atterri à Londres pour faire mes études, je me suis rendu compte que je pouvais de gagner ma vie en combinant mes passions.

02. Si tu n'exerçais pas ce métier, quel serait ton plan B ?

Quand j'étais petit, je rêvais d'être architecte. J'étais un grand fan de Lego et je suppliais mon père de rapporter des blocs-notes quadrillés à la maison pour pouvoir dessiner des villes imaginaires. Même si je pense qu'il est trop tard pour une vraie reconversion professionnelle, j'espère pouvoir un jour travailler dans le domaine du design. Je pourrais monter ma société de design d'intérieur ou écrire des biographies d'architectes.

03. Quel est le meilleur conseil qu'on ne t'ait jamais donné ?

Un jour, mon grand-père m'a dit : "Investis dans des chaussures et dans des draps. Quand tu n'es pas dans les premières, tu es forcément dans les seconds". Cela m'a beaucoup aidé !

04. Qui sont tes modèles et pourquoi ?

Il y a beaucoup de personnes que j'aimerais citer mais côté carrière, je dirais que mon modèle n'est autre que Natalie Massenet. La façon dont elle a dirigé le groupe Net-A-Porter sans oublier son respect et sa gentillesse envers ses employés ; tout ça m'a véritablement séduit. Elle m'a appris qu'on n'avait pas besoin d'être grande gueule pour se faire entendre ni d'être craint pour exister.

05. Comment décrirais-tu une journée de travail typique en 5 mots ?

Demain est un autre jour !

Oh non, vous avez loupé le coche ! Le concours est terminé pour cette année.

Inscrivez-vous pour rester dans la boucle.

Alana Leggett

Head of Festival Marketing Operations, Broadwick Live

Alana Leggett dirige les opérations pour 18 festivals de renom, notamment Hideout, Snowbombing, Field Day, SW4 et Festival No. 6, sans oublier Printworks, ce club londonien qui cartonne. 

Alana est à l’origine de partenariats avec des marques prestigieuses comme Vodafone, Topman, Spotify, Shazam, NME, Foot Asylum, BBC Radio 1 et Lad Bible. Elle est passionnée par l’électro live et par son impact sur la société.

01. As-tu toujours voulu bosser dans la musique ?

Aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours voulu bosser dans la création. J'ai toujours adoré la musique et la mode. À 18 ans, quand il a fallu faire un choix, ma sœur m'a demandé : "si tu devais choisir la chose dont tu ne pourrais te passer pour rien au monde, ce serait quoi ?". J'ai su que c'était la musique.

02. Si tu n'exerçais pas ce métier, quel serait ton plan B ?

Honnêtement, je n'ai jamais vraiment eu de plan B. Ça a toujours été la musique ou rien. J'ai souvent entendu : " ne choisis pas de plan B, ça ne ferait que t'éloigner de ton plan A " et je suis assez d'accord. J'ai mis toute mon énergie à m'insérer dans l'univers de la musique et à y acquérir le plus d'expérience possible.

03. Quel est le meilleur conseil qu'on ne t'ait jamais donné ?

Il y a un discours qui m'a marquée même s'il ne s'adressait pas à moi directement (malheureusement). Il s'agit d'une vidéo sur YouTube dans laquelle Will Smith parle du goût du travail bien fait. Il dit qu'il n'était pas l'acteur le plus talentueux mais qu'il a su se distinguer des autres grâce à son professionnalisme. Le talent est secondaire. Ce qui compte avant tout, c'est la motivation.

04. Qui sont tes modèles et pourquoi ?

Il y a quelques années, j'ai beaucoup travaillé avec Dan Blackledge et Steve Allison, les fondateurs du festival Obonjan en Croatie. Je me suis aussi inspirée de Mark Newton, qui organise de nombreux festivals populaires et qui a cofondé MelodyVR, cette startup de réalité virtuelle. J'ai aussi la chance d'avoir des amies exceptionnelles. Parmi elles, Michelle Ravenhill qui dirige Live.Love.Logistics. Lindy Nsingo, chorégraphe et directrice du mouvement. Ria Moran, une chanteuse incroyable (EP bientôt prêt !) et Emma Schofield, qui excelle dans le domaine de la haute technologie. C'est important de s'entourer de gens qui vous inspirent et vous tirent vers le haut.

05. Comment décrirais-tu une journée de travail typique en 5 mots ?

Chargée. Stimulante. Amusante. Différente. Évolutive.

Oh non, vous avez loupé le coche ! Le concours est terminé pour cette année.

Inscrivez-vous pour rester dans la boucle.
Technologie

TECHNOLOGIE

Romain Colin

Fondateur, Fubiz Media

Romain Colin est le fondateur de Fubiz Media. Il en a fait le leader dans le domaine des contenus créatifs en Europe, notamment grâce à une communauté enthousiaste d’artistes et de créateurs qui ont a cœur de perpétuer l’indépendance et l’originalité du media Fubiz et qui aiment détecter les tendances et les innovations dans le domaine du design et de l'inspiration. Fubiz en chiffres, c’est aujourd’hui une communauté de plus de 3 millions de personnes à travers le monde, et une conférence annuelle Fubiz Talks.

01. Avez-vous toujours voulu travailler dans un domaine créatif ?

Je suis totalement passionné par le sujet depuis que je suis enfant. J'ai découvert beaucoup d'expositions et voyagé souvent avec ma famille, j'étais très intéressé par les médias (quel groupe détient quoi, ce qu'il se passe derrière le rideau d'une émission de télévision…) et j'écoute de la musique partout. Pour moi c'était donc logique de travailler dans un secteur créatif.

02. Si vous n'aviez pas pu faire ce travail, quel aurait été votre plan B ?

J'aurai adoré être programmateur musical pour un gros festival. Quel programme (rire) ! Mais je pense que ce serait totalement différent. Je pourrais être un père au foyer, meilleur job du monde !

03. Quel est le meilleur conseil que l'on vous ait donné ?

Aucun objectif n'est trop haut si l'on aime ce que l'on fait.

04. Qui a été votre plus grande influence, et pourquoi ?

Steve Jobs, pour l'influence technologique.

05. Résumez une journée de travail type en 5 mots.

Excitante. Dure. Surprenante. Rapide. Créative.

Oh non, vous avez loupé le coche ! Le concours est terminé pour cette année.

Inscrivez-vous pour rester dans la boucle.

Les Conditions Générales

En vous inscrivant au concours, vous acceptez de recevoir, par e-mail, des communications sur les événements Hoxton ainsi que la programmation mensuelle d’événements qui auront lieu dans votre Hoxton local. 

  • Voici le déroulement du concours :
  • Nous sélectionnerons un gagnant par concours. Les gagnants seront informés par e-mail au plus tard 4 semaines après la date de fin du concours.
  • Nous n’acceptons qu’une seule candidature par personne.
  • La récompense ? 1 réunion-petit dèj tous les 3 mois (du lundi au vendredi) avec un mentor, et ce pendant 12 mois (soit 4 réunions-petit dèj en tout). Le petit déjeuner aura lieu dans le restaurant de votre Hoxton local et nous prenons en charge l’addition. Ce bon ne peut pas être utilisé pour un déjeuner ou un dîner et les réservations seront gérées par nos équipes du Hoxton.
  • Cette récompense ne peut pas être échangée contre de l’argent.
  • Nous aimerions suivre votre aventure de mentorat et faire des photos, des vidéos ou des enregistrements audio pour présenter ce projet sur nos plateformes et canaux. En acceptant les Conditions Générales, vous nous autorisez à faire cela et vous acceptez de suivre les communications et le contenu du Hoxton.